• Ne te retourne pas

    Ne te retourne pas

     

    Bonjour !

    Je viens vous voir avec un nouveau texte, venu sans raison. Je le trouve un peu étrange, mais j’espère qu’il vous plaira !

     


     

     

    Tu marches doucement dans la nuit noire, tenant fébrilement ta seule source de lumière dans ta main tremblante. Tu t’arrêtes. Tu ne sais pas où aller. Cette forêt est-elle sûre ? Ce bâtiment n’est-il pas dangereux ? Tu n’as pas le temps de réfléchir. Tu veux à tous prix faire demi-tour, mais tu ne peux pas. Un pas en arrière, et c’est la fin. Dépêche-toi, le temps presse. As-tu choisi ? Oui. Tu te diriges lentement vers la bâtisse, guettant le moindre bruit suspect. Tu ouvres la porte, et cherches un interrupteur. Ne te fatigue pas, la lumière ne s’allumeras pas. Tu n’as plus le temps. Avec ta petite lampe de poche, tu t’engouffres dans ce couloir sombre. Tu trembles si fort. De qui as-tu peur ?

    Finalement, tu trouves ce bâtiment bien plus effrayant que la forêt. Mais tu ne dois pas faire demi-tour. Tu ne peux reculer, ne serait-ce qu’un peu, ou c’est la fin. Tu presses le pas, cherchant sûrement une autre sortie. La sueur perle sur ton front. Tu sais bien que le temps est presque écoulé. Il va te trouver. Tu ouvres les portes à la volée. Tu doutes. Il y-a-t-il une sortie ? Oui, tu l’as trouvée. Tu prends une bouffée d’air frais, avant de continuer ta route. Ta source de lumière faiblit. Le temps presse. Il te cherche déjà. Mais qui est donc cette personne qui te veut du mal ?

    Tu marches entre les arbres sombres qui projettent leurs ombres sur le sol. Est-ce qu’il t’a déjà rattrapé ? Tu es à l’affut du moindre signe de sa présence. Une pomme tombe sur le sol. Tu t’arrêtes, tétanisée, et te retiens de peu de hurler. Il t’aurait repéré immédiatement. Après quelques secondes pour te remettre de tes esprits, tu reprends ta route. Tu vas de plus en plus vite. Tu trébuches. Ta lampe tombe lourdement au sol, s’éteignant définitivement. Tu as perdu ta lumière. Quelques larmes coulent le long de tes joues, mais tu te ressaisis. Tout n’est pas encore fini. Tu as encore une chance de survivre. De survivre à qui ?

    Il fait noir, tu ne vois plus rien. Tes pas sont hasardeux, tu buttes à chaque racine. Tu t’enfuis, mais vers où ? Tu n’as donc pas remarqué que tu avais fait demi-tour ? Non. Tu t’arrêtes dans une clairière éclairée par la faible lueur de la lune qui se cache peu à peu derrière les nuages noirs. Il est là. C’est la fin. Tu tombes à genoux, tandis qu’il s’approche de toi. C’est fini. Tu as perdu. Le couteau s’enfonce dans ta poitrine. Il sourit, triomphant. Tu es morte, il a gagné. Mais qui est donc ce meurtrier ? Je crois bien que c’est moi.

     


     

     

    Fini !

    C’était bizarre, non ? Bref, donnez-moi votre avis !

    Au fait, j’en profite pour faire ma p’tite pub et mon racontage de vie par la même occasion. Oui, donc, je disais : j’ai été interviewée par Swirl ! Je vous invite à aller voir par ici ^^

    Ciao~

     

     

    Ne te retourne pas

     


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 28 Janvier 2014 à 20:46

    Hello !

    Ce n'est pas "bizarre" juste très mystérieux et assez inquiétant.

    L'utilisation de "tu", c'est formidable, puisqu'on a l'impression que le narrateur s'adresse à nous; l'action en devient plus vivante encore !

    Juste une petite minuscule faute   : Tu trébuches et non Tu trébuche... Et pareil pour cherches et non cherche (moi aussi, ces fichus s me posent des problèmes quand j'écris ^^) 

    Sinon que dire d'autre... Que cette course est très angoissante, et que la chute est...magistrale. Le "Je crois bien que c'est moi" clôt merveilleusement bien ton texte. Encore une fois bravo :) !

    Swirl.

     

    2
    Mercredi 29 Janvier 2014 à 14:40

    C'est vrai que c'est assez étrange. Qui est cette personne qui cherche à fuir quelque chose d'inconnu ? Est-ce nous ou quelqu'un d'autre ?

    Tout nous est dévoilé en une phrase, une seule, à la fin du texte, et je pense que ce qui fait ce texte, c'est le fait que tu aies réussi à faire durer ce mystère tout au long de l'histoire. C'est terrifiant quand on s'imagine à la place du personnage et en même temps on a envie de savoir qui est ce prédateur...

    Mais ton style est toujours aussi agréable à lire, à la fois léger, détaillé, précis et fluide. Et surtout, c'est original !

    Félicitations ;o)

    3
    Mercredi 29 Janvier 2014 à 15:45

    Je vous remercie à toutes les deux. Vraiment. Vous me donnez du courage, et m'encouragez à persévérer. Je suis heureuse que ça vous plaise. Je vais trouver une nouvelle idée pour publier quelque chose de nouveau rapidement !

    4
    Samedi 2 Août 2014 à 14:59

    C'est bien écrit, effectivement. L'utilisation de la deuxième personne est assez effrayante, puisqu'il s'immerge encore davantage dans ton récit. Le présent également. On y est, bravo :)

    La fin, avec le "Je crois bien que c'est moi" m'a un peu gênée, je ne sais pas pourquoi :/ Je pense que je m'attendais à autre chose, inconsciemment. Mais c'est bien trouvé et astucieux.

    Bref, tout ça pour dire que c'est un joli texte :)

    Bisous

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    5
    Lundi 4 Août 2014 à 09:40

    Merci, vraiment contente que ça te plaise ^^

    6
    Mardi 30 Décembre 2014 à 16:58

    C'est assez mystérieux mais j'ai bien aimer ! D'ailleurs je me suis abonné à ton blog !

    7
    Jeudi 1er Janvier 2015 à 13:37

    Merci pour t'être abonnée <3

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :