• Le devin, le roi et le géranium

    Le devin, le roi et le géranium

    Bonjour, bonjour, chers lecteurs. Je me suis inscrite récemment (en début d’après-midi, pour être précise) à des sortes de jeux qui arrivent miraculeusement dans ma boîte mail, chaque semaine. J’ai donc essayé le premier qui consistait à écrire un texte d’environ 600 mots contenant impérativement les mots vert-Afrique-devin-déchu-crabe-crue-géranium. Bon, déjà, l’histoire est… Hem… Bref. Mais le plus difficile, c’était certainement la limite imposée d’environ 600 mots. La fin est donc… Très rapide. Enfin, je vous laisse à votre lecture ^^

     


     

     

    Il était une fois un devin. Ce n’était pas un devin très connu dans ce pays, car il revenait d’un long voyage dans l’Afrique lointaine afin de prédire une crue qui devait d’après lui dévaster l’Egypte. Ce devin déchu n’était qu’un charlatan, vous l’aurez deviné, si bien que ce qui lui arriva l’étonna lui-même au plus haut point. Il avait décidé de venir dans ce pays, gouverné par un roi qui croyait plus que tout en la magie de la divination. Le devin avait besoin d’argent, il s’était donc dit qu’il pourrait tromper cet homme crédule. Il frappa donc à la porte du château, où l’un des gardes l’accueilli à bras ouverts.

     - Oh, vous êtes devin ? Vous tombez à point, mon ami ! le garde l’entraina à sa suite. Notre roi est désespéré ! Connaissez-vous le fameux emblème de notre beau pays ? Mais si, vous savez, le géranium royal ! Eh bien, il dépérit à vue d’œil ! Je vous en prie, aidez-nous !

    Le charlatan fut conduit à la salle royale, où un petit homme chétif l’attendait, assis sur un trône bien trop grand pour lui. Le roi – même si on pouvait en douter en voyant sa faible carrure – était si pâle, ses cernes si prononcées, ses cheveux si blancs et peu nombreux, que le devin se dit immédiatement qu’il était malade. A côté de lui se trouvait une belle plante, un géranium, si étincelant de beauté, d’un rouge si intense qu’il en faisait presque mal aux yeux. Le roi se leva difficilement, se tenant à l’un des accoudoirs pour ne pas tomber, et prononça ces quelques mots d’une voix à peine audible, tout en désignant le beau géranium de son doigt tremblotant :

     - Cher ami, je vous en prie, dîtes-moi si cette plante s’en sortira...

    Le faux devin resta abasourdi quelques secondes. Mais cette plante allait très bien, c’était de la santé du roi qu’il fallait se préoccuper ! Il se sentit indigné par le manque d’intérêt de la cour pour leur souverain, mais surtout par leur inquiétude au sujet de la plante. Il n’avait jamais vu un géranium aussi magnifique, aussi parfait, et eux pensaient qu’il dépérissait ! Ce royaume n’était-il donc peuplé que de fous ? Le devin s’apprêtait à riposter, mais le garde le questionna :

     - De quoi avez-vous besoin pour voir le futur ? Nous vous l’apportons immédiatement.

     - Heu… le charlatan était encore sous le choc de l’idiotie de la situation. Donnez-moi… il regarda autour de lui, et ses yeux se posèrent sur le grand buffet situé au fond de la salle. Apportez-moi ce buffet, je choisirai l’animal le plus approprié pour lire l’avenir.

    On porta donc le buffet devant le devin, qui fit semblant de l’examiner avec soin. N’étant qu’un charlatan, il savait bien que n’importe quoi ferait l’affaire, mais il se devait de paraître très concentré. Il finit par désigner l’énorme crabe qui se trouvait devant lui. On lui donna un couteau dont il se servit pour charcuter le crustacée au hasard, même si ses gestes paraissaient très précis et sûrs d’eux. Il observa les entrailles du crabe, réfléchissant à ce qu’il allait inventer. Et puis, finalement, il se dit qu’il allait dire la vérité, car il ne pouvait ignorer la faiblesse du roi.

     - Messieurs ! s’écria-t-il en levant les bras au ciel. Cette magnifique plante à la fleur d’un rouge intense et à la tige d’un vert pur est en parfaite santé. Ce dont vous devez vous inquiéter, c’est de votre roi ! Je vous prédis que dans dix jours, il ne sera plus de ce monde !

    Le devin fut immédiatement chassé du château. Dix jours plus tard, il entendit par hasard la nouvelle de la mort du roi…

     


     

     

    Fini ! Donnez-moi votre avis, vos critiques, commentaires, déclarations d’amour, tout ce que vous voulez !

     

    Le devin, le roi et le géranium


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 18 Février 2014 à 12:34

    moi j'aime beaucoup 

    2
    Mardi 18 Février 2014 à 13:22

    Merci ^^ ça me fait très plaisir

    3
    Mardi 18 Février 2014 à 16:30

    derien :)

    4
    Mercredi 19 Février 2014 à 21:25

    C'est différent de ce que tu écris d'habitude, mais j'aime bien, c'est original et la chute est bien trouvée :)

    5
    Jeudi 20 Février 2014 à 20:22

    Oui, c'est plutôt différent, je trouve aussi. Je pense que ça s'adresse à un public plus jeune. Je l'ai fait lire à mon petit frère pour voir, et il m'a dit que j'avais enfin écrit un truc facile à comprendre ^^'

    Merci !

    6
    Dimanche 12 Avril 2015 à 15:15

    J'ai beau être grande, j'adore toujours les histoires pour gosses... Celle-ci est juste géniale ! 

    7
    Dimanche 12 Avril 2015 à 15:52

    Merci beaucoup, contente que ça te plaise ^^

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :